KARAMAT Le monothéïsme pur

Forum pour mieux comprendre le tawhid
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 manzilato l mar2a fi l islem :le statut de la femme en islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oum_hind



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: manzilato l mar2a fi l islem :le statut de la femme en islam   Dim 30 Avr - 1:54

Assalamou 3Alaykoum wa rahmatoAllahi wa barakatouh

La Protection de la femme



Cheikh Housseïne Ali Ach-Cheikh





Ô musulmans !


L’humanité n’a jamais connu une religion, ni une civilisation, qui s’est préoccupée de la femme et lui a donné de l’importance comme l’Islam. Il a parlé de la femme et a insisté sur sa place et son rang élevé. L’Islam l’a élevé ; elle est respectée et a des droits et des devoirs.

La femme dans l’Islam est la sœur de l’homme, ils ont été créés d’une même origine pour qu’ils trouvent le bonheur ensemble et se réjouissent l’un de l’autre dans cette vie dans un environnement de bien, de piété et de bonheur. Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Les femmes sont les sœurs des hommes).

La femme dans les enseignements de l’Islam est comme l’homme en ce qui concerne les devoirs religieux et ce qui en résulte comme récompenses :

{Celui, homme ou femme, qui accomplit un tant soit peu de bonnes œuvres tout en étant croyant, ceux-là entreront au paradis et ne subiront pas la moindre injuste}
.


Et elle est comme l’homme en ce qui concerne la responsabilité du dépôt dans toutes les affaires de la vie, sauf ce qu’elle ne peut pas accomplir à cause de la différence naturelle qu'il y a entre elle et l’homme ; et ceci fait partie du principe de l’honneur fait aux humains dans l’Islam ; Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Nous avons effectivement honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés par terre et par mer. Et Nous leur avons octroyé leur part de bonnes choses}.


Mes frères dans la foi !


L’Islam a montré le mérite de la femme, il a élevé son rang, et il l’a considéré comme étant un grand bienfait et un don généreux dont il faut s’occuper et honorer ; Allah (qu'il soit exalté) a dit :


{A Allah appartient le royaume des cieux et de la terre. Il crée ce qu'il veut. Il donne à qui il veut des filles et il donne à qui il veut les mâles. Ou bien il donne à la fois mâles et femelles}.



Et dans le mousnad de l’imam Ahmed (qu’Allah lui fasse miséricorde) :

(Quiconque a une fille qu’il n’humilie pas et ne préfère pas son fils plus qu’elle, Allah le fera enter au paradis).

La femme dans l’Islam vit une vie honorable dans la société musulmane, depuis sa naissance et durant toutes les périodes de sa vie ; l’Islam a donné de l’importance à son droit en exhortant à être bienfaisant envers elle, Mouslim a rapporté selon le hadith d’Anass :

(Quiconque s’occupe de deux filles jusqu’à ce qu’elles atteignent l’âge de puberté, viendra le jour du jugement lui et moi comme ceci, et il rassembla ses deux doigts) ; et Mouslim a rapporté aussi que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Quiconque a trois filles, patiente avec elles et les habille de l’argent qu’il gagne, elles seront pour lui une protection contre le feu de l’enfer).

L’Islam a donné de l’importance à son droit lorsqu’elle devient mère ; il a incité à l’honorer particulièrement et à bien s’occuper d’elle ; Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Ton Seigneur en a décidé ainsi : Que vous n’adoriez que lui et de traiter les deux géniteurs (père et mère) avec bienveillance}.



De plus, l’Islam a ordonné d’être bienveillant envers la mère plus que le père :

Un homme vint voir le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) et dit :

« O messager d’Allah ! Avec qui dois-je être bienveillant ? » ; il dit :

(Ta mère). Il dit : « ensuite, avec qui ? ». il dit :

(Ta mère). Il dit : « ensuite, avec qui ? ». il dit :

(Ta mère). Il dit : « ensuite, avec qui ? ». il dit :

(Ton père).
Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

L’Islam a donné de l’importance au droit de la femme lorsqu’elle devient une épouse ; il lui a donné des droits importants que son mari doit respecter, comme bien la traiter, la bienfaisance envers elle, être tendre avec elle, et l’honorer ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Soyez bons envers les femmes, car elles sont comme des servantes chez vous) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Et il a dit aussi (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Le croyant dont la foi est la plus complète est celui qui a les meilleurs comportements, et les meilleurs d’entre vous sont ceux qui ont les meilleurs comportements avec leurs épouses) rapporté par Ahmed, Abou Dawoud et Tirmidhi.

L’Islam a donné de l’importance à son droit lorsqu’elle est une sœur et une tante, Tirmidhi et Abou Dawoud ont rapporté :

(Quiconque a trois filles ou trois sœurs, et s’occupe bien d’elle, entrera au paradis).

Et lorsqu’elle est étrangère, l’Islam a exhorté à l’aider et à être bienveillant envers elle ; dans les deux recueils de hadiths authentiques :

(Et celui qui aide la veuve et le pauvre est comme celui qui combat dans le chemin d’Allah ou comme celui qui reste debout à prier sans s’arrêter ou comme celui qui jeûne sans rompre le jeûne).


Ô musulmans !


La place de la femme dans la société est protégée, l’Islam lui a donné des droits et lui a permis de défendre ses droits.

Il lui a donné le droit de choisir dans sa vie et de prendre les décisions pour ses affaires selon les règles de la religion. Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Et ne les soumettez pas à des contraintes}.

Et le prophète (qu'Allah prie sur et le salue) a dit :

(Il n’est pas permis de marier la femme célibataire (qui a déjà été mariée) sans prendre son avis, et il n’est pas permis de marier la femme vierge sans lui demander sa permission)
rapporté par Mouslim.

Dans l’Islam, il est permis de se confier à la femme et de la consulter ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) qui est l’homme qui a le plus de science et dont l’avis est le meilleur, consultait ses épouses.



D'après Mou'awiya (Qu'Allah l'agrée) : Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit:
"Celui à qui Allah veut du bien, Il lui donne la compréhension de la religion"

(al Albany dans Sahih Targhib wa Tarhib)



Mes frères en Islam !


Dans l’Islam, la femme a la liberté complète en ce qui concerne l’économie ; exactement comme l’homme, elle peut travailler selon ce qui est permis et licite. Elle est libre de se servir de son argent et ses biens comme elle le désire :

{Mettez les orphelins à l’épreuve jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge du mariage. Si alors vous sentez en eux quelque maturité, rendez-leur leurs biens}.


De plus, l’Islam impose à la femme ce que l’on appelle la sécurité économique en lui garantissant les dépenses (l’argent) lorsqu’elle est une mère, une fille, une sœur, et une épouse et même la femme étrangère, pour qu’elle puisse accomplir son rôle dans la vie en ayant l’esprit reposé des soucis du travail.

Ô croyants !


Voilà certaines caractéristiques de l’honneur donné à la femme dans l’Islam, et cela est peu et comme une goutte dans l’océan.

Ô musulmans !


Ces directives élevées et ces enseignements importants empêchent les ennemis de l’Islam de dormir. C’est la raison pour laquelle ils font des efforts pour que la femme musulmane abandonne sa religion et laisse son islam ; ils appellent à des principes qui sont contre la saine nature et les vertus de la foi. Ils embellissent le mal et la corruption avec des noms éclatants et des termes trompeurs. Et malheureusement, nous trouvons parmi les enfants des musulmans, certains dont l’esprit est dérangé, qui appellent vers ces choses, vers ces idées qui mènent à l’égarement, et vers ces directives qui mènent à la perversion, et ils font des efforts pour réalisation de ces choses.

Mes frères en Islam !


Les ennemis de l’Islam ont su l’honneur et la bienfaisance que cette religion apporte à la femme, ils ont su que l’origine est que la femme reste chez elle dans la sérénité et la paix, dans des maisons paisibles et l’environnement d’une famille douce ; ils ont vu que les droits de la femme sont rattachés à ses responsabilités en ce qui concerne l’entretien de la famille, tandis que le fait qu’elle sorte de chez elle, porte atteinte à la pudeur, à la bonne éducation, à la foi, l’honneur et la protection du sentiment d’honneur (protection de la femme pour ne pas qu’elle tombe dans l’adultère), Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Restez dans vos maisons et n’étalez pas coquettement votre beauté à la manière de l’ancienne anarchie antéislamique}.


]Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : [color=darkblue

(Et leurs maisons sont mieux pour elles). [/color]

Alors, ils ont utilisé tous les moyens pour faire sortir la femme de chez elle, et pour qu’elle ne pratique plus les enseignements de sa religion ; parfois, sous le nom de la libération de la femme ; parfois, sous le nom de la liberté et de l’égalité ; et parfois, sous le nom du progrès et de l’élévation mensongère. Des termes dont l’apparence est la miséricorde et le bien, et qui renferme le mal.

La femme est selon ceux-là, celle qui est libérée des affaires de chez elle et de l’éducation de ses enfants ; c’est elle qui porte les soucis de gagner sa vie et les fatigues du travail, de même qu’elle doit attirer les regards des autres et les impressionner, même si pour cela, elle doit détruire les vertus et les bonnes qualités, et détruire la famille ; ainsi, elle n’est plus obligée d’obéir à son Seigneur, ni de respecter les droits de son mari, elle ne participe plus à la construction d’une société pieuse, ni à l’éducation des enfants.

Mes frères en Islam !


Voilà leurs visions, une liberté totale dans laquelle l’homme est dans la perdition, l’abaissement, et la perte de la vertu et du but. Tandis que dans l’Islam, la femme est l’élément le plus important de la société ; elle doit être en principe celle qui éduque les générations, et qui fabrique les héros (les hommes courageux). Mais malgré cela, les enseignements de l’Islam n’empêchent pas que la femme travaille dans un environnement qui purifie l’âme, qui apporte de bonnes qualités, et qui protège l’honneur de la femme, ainsi que sa pudeur, sa chasteté, sa religion, son corps, ses parties intimes et son cœur, et cela selon ce qui correspond à sa nature, son rôle, sa physionomie, ses dons, ses prédispositions, et ses capacités. Ainsi, l’Islam interdit tout travail qui est contraire à la religion et aux bonnes qualités ; il conditionne pour qu’elle puisse travailler, qu’elle soit prude et un bon modèle (exemple) éloignée des tentations, sans se mélanger aux hommes, sans enlever son voile et sans être soumise à la débauche.

Si nous voulons connaître la vérité à propos de ce qui est contraire à ces enseignements de l’Islam, écoutons ce que dit un écrivain européen :

« Le système qui ordonne que la femme travaille dans les usines, quel que soit la richesse que le pays gagne avec son travail, le résultat est la destruction de la construction de la vie familiale, car ce système a attaqué la charpente de la maison et le pilier de la famille, et a détruit les liens sociaux ».

Et une autre qui est médecin a dit à propos des crises de sa société :

« La cause des crises familiales et le secret du taux élevé de la criminalité dans la société sont dus au fait que l’épouse a quitté sa maison pour augmenter le revenu de la famille ; donc, le revenu a augmenté et le niveau des qualités a diminué » jusqu’à ce qu’elle ait dit : « Et les expériences ont prouvé que le retour de la femme dans la maison est l’unique solution pour sauver la nouvelle génération de la chute dans laquelle elle se trouve ».



D'après Mou'awiya (Qu'Allah l'agrée) : Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit:
"Celui à qui Allah veut du bien, Il lui donne la compréhension de la religion"
(al Albany dans Sahih Targhib wa Tarhib)




Deuxième sermon



Parmi les manières dont l’Islam à protéger la société, le fait qu’il ait interdit le mélange entre les hommes et les femmes dans n’importe quel domaine, parce que c’est un grand danger ; et si une société est atteinte par ce danger, elle sera alors touchée par les calamités, le mal et la corruption.

Donc, le début de tout crime qui est commis contre l’honneur et qui détruit la chasteté, provient d’une brèche qui s’est produite dans les « fils barbelés » que l’Islam a mis dans la relation entre les hommes et les femmes, et le diable est entré à travers cette brèche et la corruption s’est produite.

Ecoutons la parole d’une femme parmi celles qui ont vécu dans la société du mélange entre les hommes et les femmes, elle raconte les expériences de filles comme elle dans un article qu’elle a intitulé : « Interdisez le mélange entre les hommes et les femmes » ; elle a dit :

« La société arabe est complète et saine ; il faut que cette société s’attache à ses enseignements et à ses traditions qui restreignent la liberté de la jeune fille et du jeune homme dans les limites de la raison » jusqu’à ce qu’elle dise : « C’est la raison pour laquelle je vous conseille de vous attachez à vos traditions et à vos qualités (vertus morales), et d’interdire le mélange entre les hommes et les femmes ; de même que vous devez restreindre la liberté de la jeune fille, et plus encore, retournez à l’époque du voile, car cela est mieux pour vous que le désordre moral, la liberté et la folie ».

Donc, les musulmans doivent craindre Allah en ce qui concerne ceux dont ils sont responsables, ils doivent faire attention aux chemins qu’ils suivent dans leur vie, et ils doivent aussi protéger leur famille.

Et faites attention de ne pas tomber dans les tentations et l’égarement.

Je cherche refuge auprès d’Allah contre satan le maudit :

{Et lorsque vous leur (les femmes) demandez une chose, demandez-leur par derrière un voile ; ceci est plus pur pour vos cœurs et pour leurs cœurs}.

Ô musulmans !

Attachez-vous aux enseignements de cette religion, et faites attention aux pièges des ennemis rancuniers.


Cet article provient de
::::::ALHARAMAINONLINE.ORG::::::
http://alharamainonline.org/frn

L'URL de cet article est:
http://alharamainonline.org/frn/modules.php?name=News&file=article&sid=98


D'après Mou'awiya (Qu'Allah l'agrée) : Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur lui) a dit:

"Celui à qui Allah veut du bien, Il lui donne la compréhension de la religion"
(al Albany dans Sahih Targhib wa Tarhib)




Dernière édition par le Lun 1 Mai - 2:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oum_hind



Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: manzilato l mar2a fi l islem :le statut de la femme en islam   Lun 1 Mai - 1:56

La Femme Musulmane
Son Statut dans la Umma



Par Shaykh 'Abdul 'Aziz Ibn Baz (d.1420H)


[1] Le statut de la femme musulmane dans l’islam est très noble et élevé et son effet est très grand dans la vie de chaque musulman. En effet la femme musulmane est la première enseignante dans la construction d'une société juste, lorsqu’elle suit la guidée du Livre d'Allah et la Sunna du messager (sallallahu 'alayhi wa sallam). Car l’adhésion au Qur`an et à la Sunna éloigne le musulman – homme ou femme – de l’égarement dans n'importe quelle question. L’égarement dont souffrent les diverses nations ne vient que de leur éloignement du chemin d'Allah - le Parfait, le Très-Haut - et de ce avec quoi Ses prophètes et messagers – que la Paix et les Prières d'Allah soient sur eux tous - sont venus. Le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :


« Je vous laisse deux choses, vous ne vous égarerez pas tant que vous vous y accrocherez, le Livre d'Allah et ma Sunna. »
[2]


La grande importance du rôle de la femme musulmane - comme femme, sœur, fille et ses droits et devoirs – ont été expliqués dans le noble Qur`an et détaillés dans la Sunna authentique.


Le secret de son importance se trouve dans le fardeau énorme et la responsabilité qui est placée sur elle et les difficultés qu’elle doit endosser - responsabilités et difficultés dont certaines ne peuvent être supportées par un homme. C'est pourquoi fait partie des obligations les plus importantes, de montrer de la gratitude envers la mère, de la bonté et entretenir de bons rapports avec elle. Et à cet égard, on lui donne la préséance sur le père. Allah le Glorifié dit :


« Nous avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans.” Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. »
[Sourate Luqman 31:14]


« Et Nous avons enjoint à l’homme de la bonté envers ses père et mère : sa mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et sevrage durant trente mois »
[Sourate Ahqaf 41:15]


Un homme est venu au messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) et a dit : « ô messager d'Allah! Qui parmi les hommes mérite plus que j’entretienne de bons rapports avec lui ? »

Il a répondu : « Ta mère. »

L'homme a demandé, « Qui ensuite ? »

Il a répondu : « Ta mère. »

L'homme a alors demandé, « Qui ensuite ? »

Donc le Prophète a répondu de nouveau : « Ta mère. »

Alors l'homme a demandé, « Qui ensuite? »

Donc il a répondu : « Ton père. »
[3]
Donc cela nécessite que l'on donne à la mère trois fois la bonté et le bon traitement que l’on donne au père.

En ce qui concerne l’épouse, son statut et son effet sur l’apaisement de l'âme et sa sérénité ont été clairement montrés dans le noble verset, dans Sa Parole :


« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. » [Sourate Ar-Rum 30:21]


Al-Hafidh Ibn Kathir (d.774H) - rahimahullah - a dit dans l'explication des termes muwaddah et rahmah contenus dans le susdit verset :


« Al-muwaddah signifie l'amour et l'affection et ar-rahmah signifie la compassion et la pitié - puisqu'un homme prend une femme en raison de son amour pour elle, ou par compassion et pitié pour elle; en lui donnant un enfant de lui … » [4]

Et la position unique que la femme du prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) Khadija - radiyallahu 'anha - a pris, avait un effet énorme dans le calme et l'assurance du messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam), lorsque l'ange Jibril ('alayhi salam) est venu pour la première fois à la caverne de Hira. Ainsi le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) est revenu vers Khadija (radiyallahu 'anha) avec la première Révélation et son de cœur battait très fort et il tremblait, et il lui a dit : « Couvrez-moi! Couvrez-moi! »


Donc elle l'a couvert jusqu’à ce que sa crainte disparaisse, après quoi il a raconté à Khadija (radiyallahu 'anha) tout ce qui était arrivé et dit : « Je crains que quelque chose ne m'arrive. »


Donc elle lui a dit : « Jamais! Par Allah! Allah ne te déshonorera jamais. Tu maintiens les liens de parenté, tu aides le pauvre et l’orphelin, tu sers généreusement tes invités et aide ceux qui ont été affligés par un désastre. » [5]


Et n'oubliez pas 'Aisha (radiyallahu 'anha) et son grand effet. Au point que même les grands Compagnons prenait d'elle la science du Hadith et beaucoup de Sahabiyat ont appris d'elle les diverses règles se rapportant aux questions des femmes.

Et je n'ai aucun doute que ma mère - qu'Allah lui fasse miséricorde- a eu un effet énorme sur moi, en m’encourageant à étudier; et elle m'y a aidé. Qu’Allah augmente énormément sa récompense et la récompense de la meilleure des récompenses pour ce qu'elle a fait pour moi.


Et il n'y a aucun doute aussi, que la maison dans laquelle il y a bonté, douceur, amour et soin, avec l’éducation islamique correcte (tarbiya) affectera énormément l'homme. Donc il sera – si Allah le veut - couronné de succès dans ses affaires et dans toute chose – la recherche de la science, le commerce, le travail, ou autre que cela. Donc c'est à Allah Seul que je demande d'accorder le succès et de nous guider tous vers ce qu’Il aime et ce dont Il est satisfait. Et que les Prières et la Paix d'Allah soient sur notre prophète Muhammad et sur sa Famille, ses Compagnons et ses disciples.


Notes de bas de page :


[1] Cet article est une réponse à une question particulière concernant la position et le statut de la femme musulmane et a été pris de Majmu'ul Fatawa wa Maqalatil Mutanawi`a (3/348-350).

[2] Hassan : Rapporté par Malik dans Al-Muwatta (2/899) et Al-Hakim (1/93), d'après Ibn 'Abbas (radiyallahu 'anhu). Il a été authentifié par Shaykh Al-Albani dans As-Sahiha (No 1871).

[3] Rapporté par Al-Bukhari (No 5971) et Muslim (7/2), d’après Abû Hurayra (radiyallahu 'anhu).

[4] Tafsir Qur`anil A'dhim (3/439) d’Al-Hafidh ibn Kathir.

[5] Rapporté par Al-Bukhari (1/22) et Muslim (1/139), dans la longue narration de 'Aisha (radiyallahu 'anha).

Article tiré du site troid.org

Traduit en français par les salafis de l’Est
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
manzilato l mar2a fi l islem :le statut de la femme en islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le statut de la femme dans nos sociétés..
» Le statut de la femme dans la Bible
» -Statut du mariage civil en Islam - Sheikh Tchalabi Hafidhahoullah
» Question sur le statut "Invité"...
» Vers un statut juridique pour les enfants morts-nés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARAMAT Le monothéïsme pur :: Les soeurs-
Sauter vers: