KARAMAT Le monothéïsme pur

Forum pour mieux comprendre le tawhid
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le comportement envers nos savants.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum Mous'ab



Nombre de messages : 255
Date d'inscription : 01/05/2006

MessageSujet: Le comportement envers nos savants.   Mer 21 Juin - 14:19

extrait du livre : comment se comporter avec les savants

cheikh 'abdel rahman Ibn Mou' alla Al-Louwayhiq
(editions assia)

Les savants sont les héritiers des prophètes. Celui qui désire donc acquérir quelque chose de l'héritage prophétique, doit s'asseoir auprès des savants et apprendre d'eux. Celui qui apprend des savants, et qui s'engage sur le chemin de la science, Allah lui facilite le chemin qui mène au Paradis.

Abû Hurayra -Qu'Allah soit satisfait de lui- rapporte que le Messager d'Allah -Paix et bénédiction d'Allah sur lui- a dit : "Quiconque emprunte un chemin dans le but de rechercher une science, Allah lui facilitera un chemin menant au Paradis 181".
Dans une autre version : " Quiconque emprunte le chemin dela science, Allah lui facilitera un des chemins qui mène au Paradis".

______________________________

181 Rapporté par Ahmad dans son Musnad (325/2) Ad-Darimi dans son Sunan (83/1) Abû Dawud dans son sunan (3641. p317/3) At-Tirmidhi (2684) Ibn Maja (223) Ce hadith est mentionné sans chaîne de rapporteur par Al-Boukhari (25/1) avec l'expression : "Quiconque emprunte un chemin en recherchant la science, Allah lui facilitera le chemin qui mène au Paradis" Que celui qui désire les hadiths ayant le même sens et plus de détails se réfère aux Sunan Ad-Darimi (83-85/1) et "Charah As-Sunna" (282/13) et "Fatah Al-Bari" (169/1).



Apprendre auprès des savants est le chemin de la science et la voie par laquelle on devient un savant.

Salmân Al-Fârisî - Qu'Allah soit satisfait de lui- a dit : "les gens demeureront dans le bien tant que le premier restera pour qu'apprenne celui qui vient après lui, ou pour enseigner à ce dernier; si le premier meurt avant d'avoir enseigné à celui qui vient après lui ou avant que ce dernier n'ai appris, alors les gens périront 182".

Abû Darda' -Qu'Allah soit satisfait de lui- a dit : " Qu'arrive-t-il? Je vois vos savants mourir et vos ignorants ne rien apprendre. Apprenez avant que la science ne disparaisse. En réalité, la science disparaîtra avec la mort des savants 183".

'Abdallah Ibn Mas'ûd -Qu'Allah soit satisfait de lui- a dit : "En vérite, personne ne naît savant, la science s'acquiert par l'apprentissage 184".

Ainsi, quand les pieux prédécesseurs (Salaf) comprirent ceci, leur avidité pour l'apprentissage auprès des savants, grandit.

'Abd al-Rahmân Ibn Mahdî -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit : "Quand un homme parmi les savants rencontrait celui qui le dépassait en science, il considérait ce jour comme son jour de butin. Il le questionnait et apprenait de lui. S'ils rencontrait quelqu'un qu'il dépassait en science, il lui enseignait et restait humble devant lui. S'il rencontrait quelqu'un d'égal à lui en science, alors, ils la révisaient et étudiaient ensemble 185".

Maymûn Ibn Mahrân -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit : " Les savants de chaque contrée, sont comme mon objet égaré, et sont mon désir quand je ne les retrouve pas. J'ai trouvé la réforme de mon coeur dans le fait de m'asseoir auprès des savants 186".

______________________________

182 Rapporté parAd-Darimi (78/1).
183 Rapporté par Ad-Darimi (78/1).
184 Rapporté par Al-Hafidh Abû Khaythama dans son livre "Kitab Al-'ilm" (28).
185 Rapporté par Ramaharamazi dans son livre "Li Mouhaddith Al-Fassil" (206).
186 Rapporté par Ibn 'Abdelbar : "Jami' Bayane Al-'ilm wa fadlihi" (49/1).



Les compagnons (du prophète) -Paix et bénédiction d'Allah sur lui- et ceux qui vinrent après eux (al-tabi'in) exhortaient les gens à s'asseoir avec les savants et à leur tenir compagnie.

Abû Jouhayfa -Qu'Allah soit satisfait de lui- a dit : " Tiens compagnie aux grands, lie-toi d'amitié aix savants et fréquente les sages 187".

Abû Darda' -Qu'Allah soit satisfait de lui- a dit : "fait partie de l'intelligence de l'homme, ses déplacements entre les savants, ses sorties et ses entrées avec eux 188".

Puis il incombe à l'étudiant d'être patient avec les savants et de contraindre son âme à patienter face à ceux à qui Allah a donné la sagesse.

Luqmân a dit à son fils : " Supporte celui qui t'est supérieur en science et celui qui t'es inférieur en science. Ne rejoint le rang des savants que celui qui a été patient avec eux, s'est attaché à eux et a appris de leur science doucement 189".

Ibn Mâja Al-Qazwînî a dit : "Yahya Ibn Ma'în vint auprés d'Ahmad Ibn Hanbal, alors qu'il se trouvait chez lui. Ach-Châfi'î passa sur sa mule. Alors Ahmad se leva afin de le saluer et le suivit. Il tarda, alors que Yahya demeurait assis. Quand il revint, Yahya lui dit : "Ô Abu 'Abdallah, combien est-ce? -c'est ainsi dans l'original et peut-être qu'il a dit : "Pourquoi cela?" -. Il répondit : Ne te préoccupes pas de cela : si tu veux (apprendre) le fiqh alors, attache-toi à la queue de cette mule 190".

______________________________

187 Rapporté par Ibn 'Abdelbar : "Jami' Bayane Al-'Ilm wa fadlihi" (126/1).
188 Rapporté par Ibn 'Abdelbar : "Jami' Bayane Al-'Ilm wa fadlihi" (127/1).
189 Rapporté par Ibn 'Abdelbar : "Jami' Bayane Al-'Ilm wa fadlihi" (107/1).
190 Rapporté par Al-Bayhaqi dans son livre " Manaqib Ach-Chafi'i" (252/2) et Mentionné par Adh-Dhahabî dans son livre "As-Sayr" (86-87/10).

Les pieux prédécesseurs (Salafs) ont en vérité, montré le meilleure des exemples dans l'âpreté de la recherche de la science et dans l'effort d'aller apprendre auprès des savants. Leurs récits, cités par Al-Khatîb al-Baghdâdî et par d'autres, dans la description de leurs voyages à la recherche de hadiths, témoignent de cela. Parmi eux il y eut celui qui voyageait et dont le seul désir était d'entendre (et d'apprendre) un seul hadith parmi les hadiths du Messager -Paix et bénédiction d'Allah sur lui-. Lorsque l'un d'entre eux connaissait quelqu'un ayant plus de connaissance que lui, il voyageait et apprenait de lui. Il y avait parmi les savants des compagnons (du prophète), celui qui disait :"si je connais quelqu'un qui possède plus de connaissance que moi sur le livre d'Allah et que les chameaux peuvent l'atteindre, alors, j'en emprunterais un afin d'aller
vers lui 191".

La connaissance islamique est une science que l'on acquiert par apprentissage (auprès des savants), et ne l'acquérir qu'au travers des livres (la lecture) ne suffit pas. Bien plus, limiter l'apprentissage aux livres est un grand malheur. Il en est de même du regroupement des jeunes et des étudiants afin d'étudier entre eux, au lieu d'apprendre chez un savant.

Ach-Châfi'î -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :"Quiconque apprend à partir des entrailles des livres perd les sentences (de la jurisprudence islamique) 192.

Certains des pieux prédécesseurs (Salafs) disaient : " Le plus grand malheur, est d'apprendre à partir des feuillets 193" C'est-à-dire acquérir et n'apprendre que de feuillets, autrement dit de livres.

On a dit à Abû Hanîfa : "Dans telle mosquée, il y a un cercle d'apprentissage où on discute de fiqh. Il répondit :"Est-ce qu'ils ont une autorité?" (C'est-à-dire un savant) Ils répondirent :"Non!". Il dit : "Ils ne connaîtront jamais le fiqh 194".

Il est important que les gens comprennent qu'il leur incombe d'aller vers les savants, et n'est pas savant, celui qui se présente devant les gens et dit : "Je suis un savant, suivez-moi!". Les gens se doivent plutôt, lorsqu'ils aperçoivent un savant, de lui accorder la prééminence et d'apprendre de lui, car les savants musulmans ont tout au long de l'histoire, évité de délivrer des fatawas et d'occuper la première place quand quelqu'un s'en charge convenablement. Ils ne brandissent pas d'étendards, n'invitent pas à des slogans, et ne demandent pas aux gens de les suivre. Ils n'invitent qu'à suivre la Sunnah du maître des Messagers- Paix et bénédiction d'Allah sur lui- 195.


______________________________

191 Il s'agit de 'Abdallah ibn Mas'oud -Qu'Allah soit satisfait de lui- mentionné dans le Sahih d'Al-Boukhari (102/6).
192 Voir Ibn Jama' dans son livre " Tazkira As-Sami' " (87).
193 Voir idem
194 Rapporté par Ibn 'Abdelbar : "Jami' Bayane Al-'Ilm wa fadlihi" (139/1).
195 Voir Nasser Ibn 'Abdel Karim Al-'Aqil "Al-'Ulema Houm Ad-Dou'at" (12).

Ibn Abû Layla -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit : "J'ai rencontré cent vingt compagnons du Messager d'Allah -Päix et bénédiction d'Allah sur lui- parmi les Ansars.
Lorsque l'on posait une question sur un cas de jurisprudence à l'un d'eux, celui-ci renvoyait la question à un autre, et ce dernier la renvoyait à un troisième jusqu'à ce qu'elle revienne au premier". Dans une autre version : "Aucun parmi eux ne citait de hadith ou n'était questionné à ce propos - et dans une autre version : à propos de quelque chose -, sans qu'il ne souhaite que son frère réponde à sa place. Et on ne lui demandait pas de prononcer une fatwa sur un sujet sans qu'il ne souhaite que son frère le fit à sa place- 196".

Et quand on dit à 'Alqama après la mort de 'Abdallah : "Ne pourrais-tu pas t'asseoir et enseigner aux gens? Il répondit :"Désirez-vous me précipiter en Enfer? 197".

Al-A'mach a dit : "Nous forçames Ibrahim à s'asseoir près d'une colonne (pour enseigner aux gens), mais il refusa 198".

Assurément, parmi les qualités des savants des pieux prédécesseurs (Salafs) et ceux qui les ont suivis, il y a la parcimonie dans la parole. Ainsi, si tu vois un savant s'asseoir dans une assemblée et ne pas parler, alors, amène-le à parler, car certes, tu réussiras. Et ne donne pas la parole aux ignorants et à leurs semblables, ils égareront les autres.

Al-Hasan Al-Basrî -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit : "En vérité, il arrive qu'un homme reste parmi les gens, et qu'on le prenne pour un bègue alors qu'il n'en est pas un, mais un savant musulman 199".

Il apparaît donc évident, à travers ceci, que les gens doivent aller vers les savants, leur donner la première place, les écouter et apprendre d'eux. Et il est important d'élucider ici l'obligation du désir ardent que l'on doit avoir d'apprendre auprès du (savant) dont on a confiance en la religion, et la science : "Car cette science est une religion, alors, regardez de qui vous apprenez votre religion 200".

______________________________

196 Rapporté par Al-Hafidh Abû Khaythama dans son livre "Kitab Al-'Ilm" (21) Rapporté par Ad-Darimi (137. p49/1)
197 Rapporté par Ad-Darimi (109/1).
198 Rapporté par Ad-Darimi (108/1).
199 Rapporté par Al-Hafidh Abû Khaythama dans son livre "Kitab Al-'Ilm" (20).
200 Rapporté par Moslim dans l'introduction de son Sahih (14/1).


alathary.salafi02 minhag al haqq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le comportement envers nos savants.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bon comportement envers les gens
» Comportement du mari envers ses beaux parents
» ex belle soeur et la famille de son ex
» Le comportement envers les beaux parents
» Le bon comportement envers les parents !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KARAMAT Le monothéïsme pur :: Livres et extrait de livre-
Sauter vers: